“Le sommeil c’est la moitié de la santé” – Aristote

Cure de sommeil : Pourquoi l’adopter et comment le mettre en œuvre ?

Une cure de sommeil se réfère à un protocole permettant de plonger un patient, avec son consentement, dans une phase de sommeil de seize à vingt heures journalières pendant presque trois semaines, dans une perspective curative. En majorité, il est prescrit aux individus souffrant de psychose intense ou de névrose.

Cependant, des cures plus courtes existent pour ceux ressentant une fatigue extrême ou une dette somnolente. La thérapie par le sommeil recèle une multitude de vertus et se présente comme un instrument psychothérapeutique à part entière. En collaborant avec un thérapeute – distinct du médecin initiateur du traitement – le patient peut entreprendre un parcours thérapeutique souvent fructifiant.

Comment débuter une cure de sommeil ?

Le démarrage d’une thérapie par le sommeil s’opère sur recommandation d’un professionnel médical, proposant un sommeil de 16 à 20 heures journalières sur une période avoisinant les trois semaines. Elle se déroule sous étroite surveillance médicale dans une institution spécialisée. Destinée principalement aux individus confrontés à des affections comme la psychose intense ou la névrose, d’autres versions moins rigoureuses existent pour ceux se sentant submergés ou en manque de repos. Sachez qu’il est possible de s’orienter vers cette solution dans des centres de bien-être ou de thalassothérapie. Si le cœur vous en dit, il est envisageable de s’inspirer pour une mise en pratique à domicile.

Le concept de thérapie par le sommeil émergea au XXe siècle, initié par le psychiatre Klaesi. À ses débuts, elle reposait sur l’usage de médicaments comme les neuroleptiques ou les tranquillisants. Aujourd’hui, cette méthode a évolué vers une approche plus douce et se subdivise en trois étapes :

  • La phase préparatoire vise à étendre graduellement le temps de repos sans excessivité. Avant l’initiation, une suspension de toute activité professionnelle est requise. De plus, une série d’examens est nécessaire pour déceler les sources des perturbations somnolentes.
  • La phase centrale où le sommeil dure de 16 à 20 heures journalières. Parfois, des contraintes professionnelles peuvent altérer cette durée.
  • La dernière étape est le sevrage, d’une durée de 4 à 7 jours.

Il est primordial que cette décision soit prise après mûre réflexion, en accord avec le corps médical. La réussite de cette cure réside aussi dans la détermination du patient, et celle-ci doit être effectuée dans des locaux adaptés, comme les centres spécialisés en sommeil. La présence des infirmiers est cruciale pour garantir la sécurité.

Faire une cure de sommeil maison : étape et suivi

  • Réservez un weekend prolongé ou dédiez quelques jours de détente.
  • Informez vos proches de votre initiative afin qu’ils respectent votre besoin de tranquillité et assurez-vous de n’avoir aucun impératif ni engagement imminent.
  • Mettez votre téléphone en mode avion, déconnectez le téléviseur et interrompez votre accès à Internet.
  • Envisagez éventuellement de louer une chambre dans une auberge ou un hôtel pour vous déconnecter totalement de votre routine.
  • Approvisionnez-vous en amont et préparez des repas sains et faciles pour votre période de « reclus ».
  • Aménagez un coin repos avec des draps propres, des oreillers moelleux, et gardez une carafe d’eau à votre portée.
  • Vêtissez-vous d’un pyjama ou d’une tenue douillette. Plongez votre chambre dans une semi-obscurité, sans nécessairement chercher à éliminer les sons ambiants de la vie courante.
  • Reposez vous sans regarder l’horloge, laissant votre corps décider de son temps de repos. Lorsque vous êtes éveillé, détendez vous sans éprouver de remords. Pendant les heures diurnes, préparez vous un bain relaxant avec quelques gouttes d’huiles essentielles, et accordez vous un moment pour des étirements doux.
2 femmes effectuant une cure de sommeil maison, chez elle

Thérapie de sommeil express : Lors d’une phase de fatigue, de tension ou d’un coup de mou, envisagez de vous offrir douze heures de sommeil chaque jour pendant une semaine. C’est un moyen idéal pour revitaliser votre énergie tout en maintenant une routine quotidienne modérée. Attention, on ne parle pas ici d’une simple sieste ou micro sieste !

Origine et pratique de cette thérapie du sommeil

Le psychiatre Jakob Klaesi, au début du XXe siècle, est l’instigateur de ce traitement. Doté d’un esprit empathique, il discernait avec finesse les manifestations comportementales de ses patients. Cette thérapie, mise en œuvre par des moyens médicamenteux, utilise quatre catégories de médicaments. Parmi eux, le méprobamate et le diazepam semblent être les plus efficaces. La cure se structure en trois phases :

  • La phase d’introduction, d’une durée fluctuante. Cette étape est primordiale pour la suite du traitement.
  • La phase dominante, qui dure majoritairement vingt jours.
  • Enfin, la phase de sevrage, durant quatre à sept jours.

Il est essentiel que cette cure soit psychologiquement anticipée, et que la décision de la mettre en place soit en adéquation avec le patient. Le cadre de cette cure doit être serein, mélangeant silence et pénombre, offrant une sensation de protection. La responsabilité de l’infirmier est centrale dans cette démarche. Sa vigilance, sa présence attentive et rassurante sont primordiales.

En ce qui concerne le patient, il approche la régression contrôlée avec une certaine complaisance ou une résistance, faisant varier son approche selon sa capacité à accepter cette régression. Une thérapie par le sommeil est minutieusement élaborée pour que ces deux attitudes puissent être expérimentées conjointement.

Quels sont les moments propices pour une cure de sommeil ?

Elle est principalement recommandée pour les patients souffrant d’affections psychiatriques. En effet, elle peut s’avérer salutaire pour ceux atteints de diverses psychoses aiguës et de certaines formes de névroses, notamment la dépression nerveuse. Son cadre est donc résolument médical. Les psychoses aiguës se manifestent par une apparition soudaine de symptômes variés. La névrose, quant à elle, est caractérisée par une série d’inhibitions auto-imposées.

Ainsi, dans de telles situations, la thérapie par le sommeil s’impose comme une aide substantielle, notamment pour la psychothérapie. La décision de lancer ce protocole thérapeutique revient le plus souvent au psychiatre. Toutefois, il existe des circonstances où une telle cure est bénéfique sans la présence d’une pathologie avérée : en cas de fatigue excessive, de stress chronique ou de dette de sommeil (comme chez les bébés). Dans ces situations, elle offre une occasion de régénération, tant physique que mentale.

Opter pour une thérapie naturelle du sommeil Si l’idée de recharger vos énergies sans passer par une approche médicale vous séduit, il est envisageable d’adopter une thérapie naturelle du sommeil. Il est possible de l’instaurer chez soi, en vue de revitaliser l’organisme. En comblant votre dette somnolente, une amélioration notable de votre bien-être s’ensuivra. Les Français, en grande majorité, dorment moins de 8 heures par nuit. La finalité de cette cure est d’allouer ce temps uniquement au repos. Le programme suggère de s’immerger dans le confort de son lit, de se déconnecter des distractions électroniques et de se détendre.

Quels sont les avantages de la cure de sommeil et ses effets indésirables éventuels ?

  • L’apaisement corporel et spirituel Les cures permettent un répit intégral dans le cadre d’un accompagnement thérapeutique.
  • La régression du moi L’isolement sensoriel engendre une régression formelle du moi, considérée comme un objectif positif.
  • Les effets secondaires Chez certains patients, des conséquences négatives peuvent surgir, comme l’apparition d’épisodes anxieux.

Organiser une thérapie du sommeil à domicile Pour initier une cure chez soi, il est primordial de s’octroyer une semaine sans obligations professionnelles. Durant cette période, l’accent est mis sur la détente. Adoptez une alimentation équilibrée, riche en tryptophane.

En quête d’un sommeil profond pour une récupération optimale ? Nous suggérons l’utilisation de clou de girofle en tisane ou en huile. C’est naturel, pas cher et ça vaut toujours le coup d’essayer !

Deux modalités de thérapie par le sommeil :

  • La thérapie brève Dormir 10 heures consécutives sur deux nuits.
  • La thérapie profonde Dormir entre 9 et 14 heures sur une période s’étalant de 3 à 7 jours.

Source externe :
https://avogel.fr/blog/sommeil/
https://www.lavilab.com/cure-de-sommeil/
https://monoreilleretmoi.com/

Les offres du moment
    Voir plus

    End of Content.